Recyclage et valorisation des déchets lors de la fabrication

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Recyclage et valorisation des déchets lors de la fabrication

Message  tvigouroux le Mar 17 Avr - 9:33

Bonjour à tous,

J'effectue un stage lors duquel je réalise une ACV. Je modélise le cycle de vie d'éléments filtrants. Les éléments filtrants peuvent être en papier ou en polyester. Ils sont formés d'une nappe soit papier ou synthétique donc, qui est plissée avant que l'on en ajoute un joint.

A chaque étape des déchets sont générés. Dans la majorité des cas ils sont envoyé en enfouissement. Cette partie j'arrive à la modéliser sous Simapro à l'aide des modules "Landfill". Seulement, une partie du papier est revalorisée en filière papier, mais la matière recyclée n'est pas réinjectée dans le processus de fabrication des éléments filtrants, ce que l'on appelle en boucle ouverte si j'ai bien compris. Ce que je n'arrive pas à comprendre, c'est comment modéliser ces déchets papier qui seront réutilisés dans une autre industrie.

Normalement, ce recyclage devrait me permettre de diminuer mon impact, non ? A moins que cela ne soit pris en compte que si l'on recycle la matière pour une même application.

Quelqu'un aurait-il une idée de la marche à suivre, et si oui ou non cela sera pris en compte ?

Merci d'avance.

Cordialement,

Thomas

tvigouroux

Nombre de messages : 2
Enseignant, Etudiant, Autre ? : Etudiant
Date d'inscription : 16/04/2012

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recyclage et valorisation des déchets lors de la fabrication

Message  Félicien Thiou le Mar 17 Avr - 11:12

Bonjour,

Effectivement, si le processus de recyclage de ton papier filtrant est moins impactant que le processus de fabrication du papier qu'il substitut, alors il est possible d'avoir une diminution de l'impact, et dans le cas du papier, il s'agit bien d'un bénéfice au fournisseur de la matière valoriser (selon le BP X 30-323, sauf si ça a changer depuis, à vérifier ...).
Il existe un ICV Ecoinvent pour le papier secondaire, et par conséquent pour le recyclage du papier (Paper, recycling, no deinking, at plant/RER), mais il s'agit de papiers "domestiques" (magasine, journeau, ...), il est possible que le processus de recyclage de ton papier soit différent, auquel cas, il faut que tu collecte les données auprès dans l'entreprise qui assure ce processus.

Sinon, une fois que tu as récupérée toutes ces données, il faut que tu identifies à quel type de papier ton papier recyclé assure une substitution, et que tu soustrait alors les impacts de production de ce papier.

Felicien

Félicien Thiou

Nombre de messages : 238
Age : 32
Localisation : Paris et RP
Enseignant, Etudiant, Autre ? : Ingénieur ACV

Mes contributions n'engagent que moi.
Date d'inscription : 20/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recyclage et valorisation des déchets lors de la fabrication

Message  Colin le Mer 18 Avr - 19:30

Bonjour Thomas et Félicien,

ce que propose Félicien est l'une des façons de modéliser l'effet bénéfique du recyclage. Mais en réalité il n'y a pas de réel consensus de la communauté ACV sur cet aspect.

Pour ma part je ne suis pas un fervent supporter de cette méthode. Je m'explique rapidement :
- Ce qui aujourd'hui est considéré comme une substitution sera demain la norme. A partir de quand considérerons-nous que c'est la norme de recycler son papier et donc que cela n'évite pas la production de papier vierge ? Certain pourront arguer que ce ne sera jamais le cas puisque nous auront toujours besoin de produire du papier vierge. En même temps, si je me chauffe au gaz naturel, on ne considère pas que j'évite la production de pétrole, est pourtant c'est le cas.
- Ensuite, je pense que ce qui justifie l'existence d'un processus dans notre société est sa viabilité économique. Il n'y aurait pas de recyclage si cette activité n'était pas rentable.

Il y a 3 statuts à un flux :
- Si l'on paie pour s'en débarrasser, il s'agit d'un déchet. Le processus de recyclage a alors deux revenus, deux raisons d'exister : (1) gérer le déchet et (2) vendre un produit. Il suffit alors d'allouer les impacts générés par le recyclage en fonction de la part que prennent les deux fonctions dans le bilan économique de l'activité. Le "bénéfice" pour l'entreprise qui se débarrasse de son déchet tient dans le fait que seulement une partie des impacts liés au processus de gestion du déchet ne lui est attribué. Le "bénéfice" pour celui qui achète le papier recyclé réside dans le fait que la matière première utilisée pour produire le papier n'a apportait aucun impact environnemental avec elle. De plus, une partie seulement du processus de production lui est attribuée.
- Si le flux est cédé gratuitement, il n'y a ni bénéfice, ni effet négatif. 100% de l'impact lié au recyclage est attribué à la vente du papier recyclé. L'acheteur du papier recyclé bénéficie d'un papier dont la matière première n'a générée aucun impact lors de sa production.
- Si le flux est vendu, valeur économique positive, il s'agit d'un produit. Dans ce cas là, il emporte une partie des émissions liées à sa production dans la proportion de sa contribution au bilan économique de l'entreprise.

Je trouve cette approche beaucoup plus simple et réaliste. Elle n'est de surcroît pas exposée à des incertitudes sur l'équivalence de la fonction entre le produit recyclé et le produit qu'il remplace, ce qui est le cas de l'autre approche.

La meilleure démarche à mon sens est d'appliquer plusieurs méthodologies et d'observer si les résultats diffèrent sensiblement. Avec un peu de chance tu obtiendras des résultats similaires. Dans le cas contraire il faudra te positionner, mais au moins tu as fournis les résultats en fonction de plusieurs approches et les gens peuvent faire leur interprétation en fonction du point de vu qu'ils préfèrent.

En analysant les résultats tu comprendras pourquoi l'approche de l'expansion du système et des impacts évitées est préférée, ..., c'est celle qui donne les meilleurs résultats ; )

A+

PS: Les autres méthodes sont les allocations massique, énergétique et exergétique. Il y en a peut-être d'autres, mais je ne les ai pas en tête là.

Colin

Nombre de messages : 17
Enseignant, Etudiant, Autre ? : Ingénieur
Date d'inscription : 16/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recyclage et valorisation des déchets lors de la fabrication

Message  Félicien Thiou le Mer 18 Avr - 22:14

Effectivement Colin, je ne faisais ici qu'une réponse en m'appuyant strictement sur la norme. La réalité est effectivement beaucoup plus complexe, et je suis tout à fait d'accord avec toi concernant l'évitement. Ce n'est pas parce que dans notre système un produit valorisé assure le remplacement d'un produit vierge que ce produit vierge ne sera pas réellement fabriqué (et donc "évité").

Par contre, l'approche extension du système à ces également limites il me semble.
Pour travailler dedans, j'ai un exemple concret avec l'acier, le laitier et le ciment.
Le laitier est produit en même temps que l'acier dans les hauts fourneaux et l'on ne sait pas quel impact lui attribuer (problème d'allocation).
Parce que les cimentiers incorpore du laitier dans le ciment, les aciéristes utilisent cet argument pour attribuer au laitier l'évitement de la production du ciment qu'il remplace (1 kg de laitier remplace environ 0,9 kg de ciment), ça permet de diminuer l'impact de l'acier. De plus, le laitier à une valeur commercial, seulement, plus l'aciériste alloue d'impact au laitier, plus cette valeur commerciale diminue (donc le laitier à moins d'impact, et potentiellement le ciment aussi), et plus la valeur augment (moins d'impact donc pour le laitier, et potentiellement pour le ciment aussi), moins les cimentiers consentent à racheter ce laitier pour éviter une augmentation de la valeur du ciment et de son impact ... (je sais pas si je suis très clair ... :-s )
La ou je veux arriver, c'est que les productions d'acier ou de ciment sont comme elles sont et ne dépendent pas du devenir du laitier (on produit toujours de l'acier, et donc du laitier même si on en fait pas grand chose (ciment, sous couche routière, granulats dans le bâtiment ...), et ce n'est pas parce que l'on utilise du laitier que l'on arrête de produire du ciment sans laitier) => s'il existe bien un lien entre ces deux secteurs, il n'est en aucun cas vital. Donc pour moi, que les acièristes considèrent que le laitier à un impact équivalent à l'évitement du ciment n'est pas fondé, mais que les cimentiers veulent le laitier comme un déchet (et donc sans impact) est une erreur aussi. A mon sens, il faut ce mettre d'accord sur le type d'allocation à suivre : l'économique me semble réellement infondée, la massique aussi, à voir les autres (énergétiques, variation production/CO2, production/énergie, production/consommation d'eau, on peut aller loin) ...

Autre chose concernant le BP X, je ne suis pas en accord avec la formule : I = (1 - A.Cr).Iv + A.Cr.(Ir-Iv) + (1 - B.Tr).Ie + B.Tr.(Ir-Iv)
Si l'on prend la norme, et que l'on considère A = 0 ; B = 1 alors son voit que l'impact de la production égale la production de la matière vierge Iv
De même si l'on prend A = 1 et B = 0, alors on l'impact de fin de vie qui est égale à l'impact de l'élimination.
Si cette formule me semble adéquat pour simplifier les calculs dans le cadre de l'affichage environnemental qui ne donne qu'une valeur unique sur le cycle de vie, je la trouve au contraire très mal adaptée (et je ne suis pas le seul il me semble) dans le cas d'une ACV méthodologique et pourtant certains l'utilise dans leurs études (je en dirais pas qui).
Si des producteurs font l'effort d'incorporer du recyclé dans leurs produits, ça peut ne pas se voir pour commencer. Ensuite, ce n'est pas représentatif du système puisqu'il y a un transfert des impacts générés/évités entre les étapes de production et de fin de vie.

Profondes réflexions tout ça ...

Félicien

Félicien Thiou

Nombre de messages : 238
Age : 32
Localisation : Paris et RP
Enseignant, Etudiant, Autre ? : Ingénieur ACV

Mes contributions n'engagent que moi.
Date d'inscription : 20/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Recyclage et valorisation des déchets lors de la fabrication

Message  Colin le Jeu 19 Avr - 10:01

Bonjour,

Félicien, j'ai le plaisir de t'annoncer que tu viens d'atteindre la barre des 100 contributions sur ce forum. A mon avis peu de personnes peuvent s'en targuer, EVEA devrait de donner un prix cheers

Je ne me suis jamais retrouvé confronté à devoir modéliser l'évitement de la production de ciment, mais je n'aimerais pas. En effet, ce procédé est utilisé pour la valorisation de tellement de déchets (production d'énergie et incorporation dans le béton) qu'à mon avis utiliser la production conventionnelle de ciment ne veut plus rien dire aujourd'hui. Mais bref, là n'est pas le sujet.

Je n'ai pas bien compris pourquoi tu n'aimais pas l'allocation économique, tout du moins dans ce cas particulier. Si le prix d'achat est définit par la pollution associée au flux et si la pollution associée au flux est définie en fonction de son prix de vente, un équilibre devrait être trouvé entre les différent acteurs. Ce niveau représenterait le niveau maximal de pollution que les cimenteries sont prête à acheter, ou alors le prix minimal auquel le producteur de métal est prêt à céder son bien.
En tous cas, quoiqu'il en soit, si le laitier est vendu, il s'agit d'un produit et non d'un déchet. Alors les cimentiers doivent récupérer de la pollution associée à sa production.

Bon, je me fais le défenseur de l'allocation économique, mais ce n'est pas la panacée non plus et je pourrais aisément la critiquer. Je pense vraiment que toutes les méthodes d'allocation ont leur avantages et leurs inconvénients et qu'il faut savoir analyser les résultats de l'étude en conséquences.

De surcroit, allocation ou pas, je ne pense pas que l'ACV peut produire des résultats millimétrés et incontestables. Son but est de définir des tendances de résultats pour orienter les décisions. Avec un peu de chances les tendances sont marquées et on est sauf. Dans le cas contraire on opte pour une philosophie ou une autre, une méthode d'allocation, un type de pondération etc.

En ce qui concerne l'affichage environnemental je n'ai ma fois que peu de recul, n'ayant pas eu l'occasion de travailler sur ce sujet jusqu'à maintenant. Il est vrai cependant que dans ce genre d'exercice il faut définir un cadre unique, aisé à mettre en œuvre, et s'y tenir. Je suis juste un peu déçu que ce soit les impacts évités qui l'aie emporté.

Bien à vous

Colin

Nombre de messages : 17
Enseignant, Etudiant, Autre ? : Ingénieur
Date d'inscription : 16/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recyclage et valorisation des déchets lors de la fabrication

Message  Félicien Thiou le Ven 20 Avr - 11:20

Hello,

Merci pour cette attention ! Bien que ce soit valorisant, ce n'est en rien un objectif personnel !!!

Concernant l'allocation économique, je suis comprend et suis partiellement d'accord avec ton point de vue. Ce qui me dérange quelque peu, c'est que ces acteurs fixe une règle de calcul d'impact uniquement sur la base de flux économique et de sensibilité environnementale uniquement.
Si du jour au lendemain un procédé révolutionnaire nécessite un emploi (et donc une production) tellement massif du laitier que l'on sa valeur commercial devient aussi importe voir plus que l'acier, si l'on applique toujours l'allocation économique, alors le laitier devient plus impactant que l'acier, mais aussi plus cher, et je ne pense pas que les cimentiers acceptent ça. Autre conséquence, l'acier aurait alors beaucoup moins d'impact, et pourtant je ne pense pas que l'on arrêterai pour autant de l'utiliser.
Toujours dans ce cas, une approche par substitution peu également être envisagé, mais les résultats seront radicalement différents selon l'utilisation qui est faite du laitier : dans le ciment ou dans comme sous couche routière par exemple. Dans le premier cas, on évite du ciment (fort impact), alors que dans le second on évite la production de granulats (peu impact) ... Une substitution au prorata des quantités utilisées par type d'emploi (ciment , sous-couche, ... et beaucoup d'autres) peut être envisagée, mais ce ne serait pas forcement vrai selon les pays (cas d'utilisations autorisés ou non) ou selon les producteurs.

Enfin, une chose est sur, c'est un débat énorme est sans fin. Comme tu le dis "toutes les méthodes d'allocation ont leur avantages et leurs inconvénients et qu'il faut savoir analyser les résultats de l'étude en conséquences."

Et pour l'affichage environnemental, le plus dur est d'avoir un consensus de la part de tous les secteurs, et notamment ceux qui lié entres eux (chaussure = cuir = aminaux donc liée à la production de viande => quelle allocation appliquer ... ?).
Pour ma part, impact évité ou substitution, je pense que ça va être un beau bordel pour mettre tout ce monde d'accord et pour obtenir des accords sur les règles à retenir !

Félicien

Félicien Thiou

Nombre de messages : 238
Age : 32
Localisation : Paris et RP
Enseignant, Etudiant, Autre ? : Ingénieur ACV

Mes contributions n'engagent que moi.
Date d'inscription : 20/07/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

RE: Recyclage et valorisation des déchets lors de la fabrication

Message  Colin le Ven 20 Avr - 12:07

Salut,

oui c'est vrai !!

On se retrouve là face à l'une des limitations de l'ACV. Les résultats ne seront "vrai" que pour une situation donnée bien précise (géographique, temporelle, technique, économique, etc.) .

Il faut essayer de définir des paramètres de fonctionnement et un environnement les plus généraux possibles. Cependant, il y aura toujours des cas particuliers et des changements technologique et économique qui vont modifier le système et son environnement.

D'où l'importance :
- de bien définir le système et son environnement, ce qui permet de savoir dans quelle réalité s'inscrit l'étude
- de modéliser plusieurs scenarii afin d'obtenir des résultats pour un maximum des réalités.

Mais bon, je pense que je ne t'apprends rien ; )

A+

Colin

Nombre de messages : 17
Enseignant, Etudiant, Autre ? : Ingénieur
Date d'inscription : 16/02/2010

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Recyclage et valorisation des déchets lors de la fabrication

Message  Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum